Recent News
12.12.18
Keith Lockhart
KEITH LOCKHART JOINS THE ROSTER
12.10.18
Vienna Boys Choir
Classical Album of the Week: Vienna Boys Choir Sings Strauss
WRTI
12.07.18
JoAnn Falletta, Mariss Jansons, David Alan Miller, Peter Oundjian, Patrick Summers, Alexandre Tharaud, Magos Herrera & Brooklyn Rider , Mason Bates, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Munich , Academy of St Martin in the Fields , Les Violons du Roy , Anthony Roth Costanzo, Nathan Gunn
2019 Grammy Nominees
Grammy Awards
12.07.18
New York Philharmonic String Quartet , Yefim Bronfman
Bronfman, NY Philharmonic Quartet impress at Linton Series
Cincinnati Business Courier
12.06.18
Aaron Diehl
Pianist Diehl in jazz trio plays varied concert in Palm Beach
Palm Beach Daily News
12.06.18
Julian Wachner
This Is the Best ‘Messiah’ in New York
The New York Times
12.04.18
Sir Andrew Davis
ELGAR The Music Makers. The Spirit of England (Davis)
Gramophone
12.03.18
Chanticleer
Chanticleer Christmas concert, 11/30/18
Divamensch
12.01.18
Ward Stare
Twin pianists deliver impeccable style in ‘Perfect Pairs’ concert
Sarasota Herald Tribune
11.27.18
Richard Kaufman
PHANTOM OF THE OPERA HAUNTS THE SOROYA IN REAL TIME
Broadway World

News archive »

Beethoven ailé: Les Violons du Roy Review (French)

07.16.16
Les Violons du Roy
Le Devoir

The Festival de Lanaudiere is showcasing an interesting diptych with the two following concerts, on this past Friday with Les Violons du Roy and on Saturday with I Musici performing Beethoven’s 5th conducted by Jean-Marie Zeitouni. On Friday we heard the Beethoven Violin Concerto, which was written around the same time as the 5th Symphony, conducted by Bernard Labadie and the world class violinist invited by the Les Violons du Roy, Anthony Marwood.

L’expérience, vendredi, était forcément intéressante, puisque, comme nous l’avons déjà écrit, la « révolution baroque » qui a gagné l’interprétation des compositeurs classiques, pré-romantiques et romantiques, s’est exercée sur les symphonies bien plus que sur les concertos, souvent prisonniers des traditions.

 
Avant Beethoven, Labadie dirigeait vendredi son cher Haydn : une ouverture en tour de chauffe et la moins connue des Symphonies londoniennes. Le chef paraît en pleine forme : il donne des impulsions à l’orchestre de manière plus détendue et moins obsessive tout en ne perdant rien de la précision et de la netteté d’articulation. Tout au long de cette 95e, le chef a fait d’excellents choix, par exemple les points sur les notes à la fin du 2e mouvement jouées comme des tenuti et non pas avec sécheresse. À noter, l’excellent solo du violoncelliste Benoit Loiselle dans le trio du 3e volet.
 
Le Festival de Lanaudière peut s’enorgueillir de ses programmations du Concerto pour violon de Beethoven ces dernières années. Après Mullova-Järvi, Marwood et Labadie en ont donné une lecture éminente.